Une traduction ?



Accueil Présentations du 23 octobre Outil de prévision
PDF Imprimer Envoyer

Outils de prévision du risque entomologique

M. Cros (EID Méditerranée), AL. Tran (Cirad) et M. Demarchi (SIRS)

L’outil développé participe aux travaux de la tâche 4.4 « Télédétection et anticipation »du projet LIFE +. L’EID Méditerranée, assistée par la société AMENIS, a lancé un appel d’offre en juin 2012 portant sur la mise en œuvre sur trois agglomérations d’un outil de prévision du risque épidémiologique induit par Aedes albopictus, basé sur l’imagerie satellitaire. La réponse du groupement SIRS-Cirad a été retenue.


Les travaux doivent répondre aux objectifs suivants :

 

 

  • Modéliser à une échelle infra-communale le risque entomologique en milieu urbain en tenant compte de la variabilité saisonnière et spatiale de l’aléa (présence potentielle d’Ae. albopictus) et de celle propre à la vulnérabilité (densité de population humaine) en intégrant en plus à ce niveau une variabilité journalière liée aux deux pics d’agressivité du moustique.
  • Automatiser via un outil SIG la création des couches cartographiques (aléa, vulnérabilité, risque) tout en permettant à l’utilisateur une latitude de paramétrage facilement réalisable. L’outil doit pouvoir être utilisé par des non spécialistes de la géomatique (interface simple, peu d’éléments à saisir) et déployé facilement sans engendrer de surcoût à l’EID Méditerranée et au Conseil général de Corse-du-Sud. Il y a également une contrainte temporelle : réaliser l’étude de faisabilité sur la commune de Nice et le prototype de l’outil en moins de 6 mois.


Résultats produits

Ainsi ont été développés :

  • un modèle de la dynamique de population du moustique, adapté à Aedes albopictus, pour le bassin méditerranéen
  • une extension QGIS pour l’automatisation des couches (aléas, vulnérabilité, risque)

Deux manuels (de références et utilisateurs) ont été rédigés pour faciliter le déploiement et la prise en main des outils par EID Méditerranée.

A partir de l’expertise des entomologistes de l’EID Méditerranée, du CNEV et des mesures effectuées sur les pièges pondoirs, le modèle est calibré. Le modèle intègre les données météorologiques du territoire étudié et fournit la proportion d’individus à chaque stade d’évolution du moustique.

L’extension QGIS, intègre l’information sur la végétation intra-urbaine, l’occupation du sol (servant à la fois pour la modélisation de l’aléa et celle de la vulnérabilité), la répartition de la population (qu’elle soit résidente ou touristique) et la proportion de pares en recherche d’hôtes, issue du modèle de dynamique de la population de moustique. L’interface est simple, intuitive. Les coefficients ou valeurs par défaut sont issus de l’étude de faisabilité, mais l’utilisateur a la possibilité de les modifier simplement. Pour chaque donnée produite, un suivi est automatiquement réalisé de toutes les actions associées de l’utilisateur. Pour rappel, l’objectif de l’outil est de pouvoir créer en grand nombre des cartes en fonction de scénario ou période d’étude différente. Le suivi permet ainsi de retrouver facilement tous les choix effectués par l’utilisateur pour la création de la donnée, il sert aussi à alerter l’utilisateur lorsqu’il croise diverses informations pour garantir un sens à la donnée produite.

Aujourd’hui, la modélisation spatio-temporelle de la présence humaine aux deux pics d’agressivité du moustique est effectuée en amont de l’outil. Elle nécessite l’acquisition de diverses sources d’information, notamment touristiques et de l’INSEE qu’il est nécessaire d’analyser et de mettre en forme, avant l’intégration.

Figure 1 : Schéma synthétique de fonctionnement de l'outil de prévision du risque entomologique induit par Aedes albopictus

 

Les interfaces des trois grandes étapes (aléa, vulnérabilité et risque) sont présentées, ainsi que les cartes 2013 sur Montpellier, réalisées par l’EID Méditerranée. (cf. annexe)

Bilan/perspectives

La version 1 de l’outil est applicable à la zone biogéographique méditerranéenne. Elle permet de :

  • approfondir les connaissances (localisation d’Aedes albopictus...),
  • favoriser la mise en place de réseau de surveillance pertinent,
  • mettre en place une campagne de prévention ciblée,
  • « prédire » les zones favorables aux moustiques pour les mois à venir,
  • tester des scenarii de traitements sanitaires aux différents stades d’évolution du  moustique.

L’outil est opérationnel sur Nice, Porto-Vecchio et Montpellier. Le déploiement sur les autres zones urbaines méditerranéennes est envisageable rapidement et à faible coût.

Améliorations envisagées

  • adapter le modèle aux différentes zones biogéographiques,
  • intégrer la modélisation de la vulnérabilité à l’intérieur de l’outil et accroitre encore ses possibilités de paramétrage pour la prise en compte des nouveaux aspects événementiels, tester les variables socio-économiques ….


Annexe


Aléa

 

Aléa Montpellier juillet 2013

 

Vulnérabilité

 

 

 

Vulnérabilité Montpellier juillet 2013

 

 

Risque

 

 

Risque Montpellier juillet 2013