Une traduction ?



Accueil Avancements Suivi de la tâche n° 5 Sus aux effets non intentionnels
Sus aux effets non intentionnels PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 16 Mai 2011 14:16

Face à un double risque potentiel des opérations de démoustication : sur l’environnement et sur les applicateurs, comment adapter les mesures de protection, particulièrement les équipements de protection individuelle (EPI), et les bonnes pratiques ?

Dans un premier temps, il s’agit de collecter, dans l’espace et dans le temps, des données pertinentes sur la qualité des milieux naturels soumis aux opérations de lutte, en zones rurales comme périurbaines ou urbaines. Objectif : en surveiller les effets et mesurer l’exposition aux biocides des personnels impliqués, en situation réelle de traitement. Pour ce fai-re, trois sous tâches articulent la tâche 5 : l’étude des effets sur l’environnement, séparés en compartiments aquatique (sous tâche 5.1) et terrestre et aérien (sous tâche 5.2), et les mesures de l’exposition des applicateurs (sous tâche 5.3). Les méthodologies utilisées, pour la plupart originales et très adaptées, seront appliquées, durant les trois années du projet, sur les territoires de tous les partenaires.

Un volet aquatique

 

L’évaluation de l’effet des biocides sur les arthropodes aquatiques non cibles dans les zones humides suppose une validation de sites sélectionnés, avant d’entamer des campagnes de prélèvements.

 

  • En Martinique, après visite des quatre sites proposés par le centre de démoustication départemental, deux sites pilotes ont été retenus (communes de Sainte-Luce et du François). Les premiers prélèvements ont été effectués le 9 février dernier. Ils se poursuivront jusqu’à la prochaine éclosion donnant lieu à un traitement au Bti, aux doses opérationnelles. Il s’agira ensuite de comparer les dynamiques des communautés entre la zone témoin et la zone traitée.
  • En Rhône-Alpes, selon le même principe, les deux sites pilotes présélectionnés (communes de Conzieux et de Colomieux) ont été validés à la même époque et les premiers prélèvements effectués dans la foulée. Les traitements au Bti ont été réalisés, en conditions opérationnelles, les 3 et 4 mars derniers.
  • En Méditerranée, les deux sites pilotes (communes de Port-Saint-Louis-du-Rhône et de Vauvert) ont été validés. Les premiers prélèvements ont eu lieu le 22 mars.
  • En Corse-du-Sud, les sites pilotes doivent être validés prochainement et les premiers prélèvements effectués les 12 et 13 avril.
  • En Guyane, les actions étaient initialement prévues en 2012. Elles seront avancées à 2011, moyennant des recrutements, des possibilités de formation et des achats de matériels.

Un volet terrestre et aérien

 

L’évaluation de l’effet des biocides sur les arthropodes terrestres non cibles, sur le sol, sur la végétation et sur les oiseaux, toujours en zones humides, fera l’objet d’une réunion de lancement dans la pre-mière semaine de mai, à Montpellier. Cette « prestation », qui consiste plus particulièrement à évaluer les effets non intentionnels des larvicides et adulticides sur les pollinisateurs, est portée par le CG de la Martinique.

 

En parallèle, l’évaluation du risque sur les peuplements et les communautés d’arthropodes terrestres est une « presta-tion » pilotée par l’EID Rhône-Al-pes. Lancée dès octobre 2010, lors des réunions « LIFE / ADEGE », à Chindrieux, elle est centrée sur le suivi de la dynamique de deux groupes d’arthropodes ter-restres (populations d’arachnides et de carabes). Depuis lors et à la suite d’une visite de terrain effectuée par le prestataire, les techniciens des partenaires concernés et la coordinatrice nationale de la tâche, Claire Duchet, les sites pilotes ont été validés : pour l’EID Méditerranée, ce sont les communes de Vauvert et de Saint-Laurent-d’Aigouze ; pour l’EID  Rhône-Alpes, Conzieux et Chindrieux ; pour la Martinique, Sainte-Luce et Le Lamentin. En Corse-du-Sud, l’action doit démarrer à la mi avril. Et en Guyane, l’opération, programmée de prime abord en février dernier, a été reportée de quelques mois, à la demande du prestataire. Les campagnes de prélèvements ont eu lieu en Martinique et en Rhône-Alpes et sont prévues d’ici au 15 avril, pour l’EID Méditerranée et le CG de la Corse-du-Sud.